S’émancipant de la médecine sportive et des stars d’Hollywood, le cupping ou méthode de soins par ventouses, (re)devient une thérapie à part entière, capable de lutter contre de nombreuses pathologies et même de faire maigrir.

 Par Sabrina Faetanini

Visuels: Pixabay et DR

 

 

Michael Phelps, Gwyneth Paltrow, Jennifer Aniston et de nombreux sportifs de haut niveau ont recours au cupping pour soigner leurs douleurs, tensions et blessures musculaires, et même pour se débarrasser des effets du jetlag. Issue de la médecine chinoise, au même titre que l’acupuncture, la méthode consiste à poser des ventouses en verre, en silicone ou en bambou sur les zones douloureuses ou sur des méridiens spécifique. Plébiscitée par l’alchimiste Paralcese, cette technique était cependant tombée dans l’oubli à la fin du 20 ème siècle, au profit des médicaments anti-douleurs.

Pourquoi cet engouement aujourd’hui ? Car en Europe, la méthode a récemment été ré-actualisée et parce que depuis 2012, diverses études scientifiques américaines ont reconnu ses vertus en dermatologie, O.R.L, gynécologie, rhumatologie et en gastro-entérologie (1). La Société Britannique de Cupping recommande d’ailleurs la méthode pour soigner l’anémie, l’hémophilie, les varicosités, la fibromyalgie, l’eczéma, l’acné, l’anxiété et même la dépression.

 

 

Daniel Henry, auteur de La médecine par les ventouses (2), ayant participé à la ré-actualisation de la méthode explique : « Si l’on compare la circulation des méridiens à une autoroute, des bouchons se forment parfois. Ce sont des congestions, des blocages qui ensuite se traduisent en migraines ou lombalgies. On pose alors des ventouses pour décongestionner, et le résultat est quasi-immédiat. Aujourd’hui, les patients veulent des traitements anti-douleurs sans nocivité, ni effets secondaires et c’est ce que les ventouses apportent. »

 Au centre Médical de Vésenaz (GE), la doctoresse Catherine Vuala (3), spécialiste en rhumatologie en MTC, Acupuntcure et Pharmacopée emploie le cupping contre des traumatismes, tendinites, arthroses, arthrites, lombalgies, dorsalgies, torticolis, certaines maladies cutanées, des pneumopathies, ainsi que pour soigner certains problèmes digestifs et gynécologiques.« Cela permet de décongestionner des zones où stagnent des toxines inflammatoires. Selon la maladie, les ventouses peuvent être associées à un traitement par acupuncture, pharmacopée chinoise ou à une thérapie manuelle, surtout en cas de problème chronique », précise-t-elle.

 A Romont (VD), l’Espace Energy (3) combat  à l’aide de ventouses les troubles respiratoires, l’hypertension artérielle et de nombreuses allergies, booste le système immunitaire, tout en relançant l’irrigation sanguine et le flux lymphatique.

 

Quid de l’amincissement ?

Aux Etats-Unis, le phénomène « Cupping for weight loss »  prend de l’ampleur, mais en l’absence d’études spécifiques, il est difficile de savoir si les ventouses aident à perdre du poids durablement. Outre-Manche, les divers établissements spécialisés proposent en effet des séances de cupping pour décongestionner le foie et la rate, limiter la rétention d’eau et apaiser les fringales, ce qui peut mener à une perte de poids. Toutefois, comme le précise la Doctoresse Vuala : « Il est possible de maigrir avec des séances de cupping, mais il faut une prise en charge globale sur les plans diététique, émotionnel, et sportif. On se sert également des plantes chinoises pour traiter la cause de la prise de poids, et de techniques spéciales d’acupuncture qui aident à déstocker. Le cupping remplace les techniques de massages en palper-rouler. »

Enfin, si de nombreux sites Internet commercialisent des ventouses et indiquent comment les poser à la maison pour se débarrasser d’une cellulite récalcitrante, mieux vaut consulter les thérapeutes et praticiens suisses formés à la méthode (3) pour s’assurer d’un résultat durable.

POUR EN SAVOIR PLUS

1) Les Études:

2) A Lire:

  • La médecine par les ventouses, de Daniel Henry. 

3) Où trouver des praticiens?:

 

 

Share Button