Cette semaine notre duo de lectrices Nélie parlent de deux romans dont l’un a été rédigé par une suissesse. Mais ce n’est pas tout: histoire d’être raccord avec le festival BDFIL qui se déroulera du 14 au 18 septembre à Lausanne, elles ont également ont eu un coup de coeur pour une jolie BD.

Festival BDFIL: www.bdfil.ch

 

visuel: Unsplash, olivia snow

LES MANDIBLE, UNE FAMILLE, 2029-2047

EDITION BELFOND
Biographie :

Margaret Ann Shriver est née en 1957 en Caroline du Nord. Elle est élevée dans une famille dominée par des valeurs religieuses importantes, en effet, son père était pasteur presbytérien. Elle décide, à l’âge de 15 ans, de changer de nom et de devenir alors: Lionel Shriver. Un nom masculin qui n’est pas le fruit du hasard puisque l’auteur est persuadée que la vie des hommes est plus simple à gérer que celle des femmes. Elle fera ses études à Columbia où elle enseignera avant de partir découvrir le monde – elle voyagera notamment en Israël, à Bangkok, à Nairobi ou encore à Belfast. “Les Mandible, une famille” est son sixième roman traduit en français. Aujourd’hui, l’écrivaine vit entre Londres et New York avec son mari, le jazzman renommé Jeff Williams.


Résumé :

Nous sommes en 2029, les Etats-Unis traversent une crise sans précédent. Le dollar dévisse, les désastres écologiques successifs ont vidé le pays de ses ressources écologiques. L’eau se fait rare, le papier-toilette est rationné, l’or est réquisitionné…C’est alors que le Président déclare le pays en faillite. Combien de temps la famille Mandible va t’elle tenir avant que tout ne s’écroule comme le reste du monde ?

Avis de Né :

Heureusement que j’avais quelques jours de congé devant moi quand j’ai commencé cette lecture! En effet, j’ai trouvé le récit happant mais trop technique à mon goût. L’auteur a fait un énorme travail de documentation sur les marchés boursiers, la chute du dollar, et la géo-politique…Un livre dans lequel il fallait se plonger de manière concentrée afin d’éviter de s’y perdre. Toutefois, il y a toute la famille Mandible et surtout Florence, seule à avoir encore un job, une maison, qui va se battre pour la survie de sa famille, les accueillir un à un pour faire front et rester solidaire ! Je me suis accrochée pour aller au bout et voir comment ils allaient s’en sortir après cette chute sociale vertigineuse. La fin en 2047 est trop futuriste pour moi qui ne suis pas une adepte de science fiction. L’auteur nous dépeint un avenir bien sombre qui m’a interpellé combien de temps nous reste t’il avant que cela n’arrive ou pas ? Dans l’ensemble, je l’ai trouvé très interpellant dans le contexte actuel (dérèglement climatique, changement politique) intéressant mais un peu long.

****

La Résidente

Suzy Heim

Edition Edilivre


J’ai été touchée par l’histoire de Suzy Heim qui à 70 ans se lance dans l’écriture, après une carrière dans un grand hôtel en Suisse. j’ai trouvé cette nouvelle plaisante et rapidement lu. Étant catalogué comme nouvelle érotico-sentimentale, je m’attendais à un plus de scènes coquines. J’ai lu dans une interview que Suzy travaille sur un projet de poèmes érotiques, que nous espérons lire prochainement.

****

Giant Tome 1

Editions Dargaud (Suisse) 

Biographie de l’auteur :

Autodidacte, Mikael a commencé en 2001 avec plusieurs récits jeunesse dont il a signé le scénario, dessin et couleur. Il a reçu en 2010 la mention spéciale du Jury Jeunesse en France et en 2015 et 2016 le grand prix de la ville de Québec pour le tome 2 et 3 de Promise, une série de BD western, fantastique et terrorisant sur l’après guerre de Sécession, Promise est un village fantôme au milieu de nul part. Mikael écrit et dessine depuis 2016 des récits pour adultes avec un graphisme plus réaliste.

Résumé :

New-York 1931, la crise de 1929 a laissé pas mal de trace et la pauvreté est très présente. La construction de la ville est en plein essor, l’évaluation de la tour du Rockfeller Center donne du travail aux émigrés. C’est là que travaille Giant, un géant irlandais taciturne suite à la mort sur le chantier de l’un de ses compatriotes. Cerise sur le gâteau, il est malheureusement chargé par ses collègues d’avertir la famille de la victime. Un fardeau trop lourd à porter pour Giant qui dissimule la vérité et continue à correspondre avec la jeune veuve de son ami décédé qui habite en Irlande.

Avis de Lie :

Dans une BD ce qui m’attire en premier est le graphisme et l’ambiance. J’ai énormément aimé la série des Peter Pan de Loisel, pour ceux qui connaisse, du coup j’ai tout de suite été happée par cette histoire, et ce, pour plusieurs raisons. L’ambiance sombre du New-York des années 30 qui m’a entraînée facilement dans cette histoire. Mais aussi, la construction des grattes-ciels de la grande pomme qui sont très documentés et magnifiquement reproduits, une réinterprétation qui parvient à garder une ambiance rétro grâce aux teintes sépia choisies.Les personnages sont attachants et le rythme soutenu, on reste clairement accroché à cette trame. J’attends avec impatience le second tome pour retrouver l’ambiance du début du XXème siècle avec les dessins de Mikael qui paraîtra en janvier 2018! Comme je fais une chronique sur la BD je tiens à vous parler du festival BDFIL qui aura lieu ce week-end à Lausanne du 14 au 18 septembre 2018.Pour découvrir ou redécouvrir l’univers de la Bande dessinée laissez vous tenter par un petit tour au centre de Lausanne, plus d’une soixantaine d’auteurs et illustrateurs des conférence, ainsi que le concours des jeunes talents.

 

Share Button