Deux expositions exceptionnelles ont déposé leurs valises du côté de Morges : « Audrey Hepburn & Hubert de Givenchy, une élégante amitié ? », ainsi que « Audrey Hepburn, l’esquisse d’une icône ». Une bonne raison pour nous de tenter de décrypter le succès de cette figure indétrônable.

 Par Lucie

Copyright: Musée Bolle 

Hubert de Givenchy in the 50’s, costume designer, with Audrey Hepburn. (KEYSTONE/PHOTONONSTOP/SCREEN PROD)

 

Plus qu’une icône, un mythe

Face aux actrices de l’époque, elle détonait. Audrey, la jeune demoiselle longiligne, presque fragile, mais dotée d’une extraordinaire élégance. Il est vrai qu’à l’époque, les canons de beauté s’appelaient plutôt Marilyn Monroe et Kim Novak. Audrey est alors à contre-courant des tendances avec ses faux airs garçonnes, sa silhouette élancée et ses grands yeux. C’est cette silhouette hors du commun qui séduit le célèbre couturier Hubert de Givenchy. Ils se rencontrent en 1952 et débutent une collaboration qui ne se terminera jamais. À l’heure où pratiquement chaque vêtement porté par une star américaine est une histoire de contrat publicitaire, il est difficile de croire qu’Audrey Hepburn vit une autre histoire avec Hubert de Givenchy, celle d’une amitié sans faille. Elle débute sa collaboration avec le couturier en 1952, à l’occasion du film « Sabrina ». Il construit alors une image pour la jeune femme, un style. Elle devient pour lui plus qu’une actrice, Audrey est son amie, sa confidente, sa muse. Elle défile d’ailleurs en 1988 pour le couturier et déclare « Où que je sois dans le monde, il est toujours là. Par un bouquet, un télégramme. C’est un homme qui ne se disperse pas en mondanités. Il a le temps pour ceux qu’il aime.*» il habille l’actrice pour de nombreux films comme « Drôle de frimousse », « Diamants sur canapé » ou encore « Comment voler un million de dollars. » La sublime robe fourreau brodée dans Sabrina ? C’est lui. La magnifique robe noire de soirée qu’elle porte lorsqu’elle fait du lèche-vitrine devant chez Tiffany ? Toujours lui. Autre particularité de la raffinée Audrey : porter des ballerines. La star, qui se trouve trop grande aime porter des chaussures de danse (elle fait d’ailleurs durant de nombreuses années de la danse classique), une autre amitié naît de cette envie de porter des chaussures plates : celle avec le couturier italien Salvatore Ferragamo qui imagine pour elle des ballerines « Audrey ». Elle devient d’ailleurs ambassadrice du couturier.

 

L’actrice est régulièrement en couverture des plus grands magazines de l’époque et aujourd’hui encore, elle est prise en référence par de nombreux couturiers, mais aussi par des stars américaines. Sa décontraction naturelle mêlée à sa grâce font de la star anglaise un modèle : ses toilettes sont à la fois raffinées et sans fioritures inutiles. Des toilettes qui reflètent la personnalité accessible et entière de la talentueuse comédienne, comme le fait remarquer William Wyler qui lui offre son premier grand rôle au cinéma dans « Vacances Romaines » : « Elle a tout ce que je recherchais : charme, innocence et talent. Elle est aussi très drôle et absolument délicieuse… ».

C’est ainsi que Audrey Hepburn a réussi à se hisser au rang d’icône : ne pas surjouer, adopter une attitude spontanée qui sublime encore plus la beauté de la star.

 

Film: « Funny Face » directed by Stanley DONEN (USA). French fashion designer Hubert de GIVENCHY and Dutch actress Audrey HEPBURN, for whom he created a wardrobe for the film. In French: « Drôle de Frimousse ».  (KEYSTONE/MAGNUM PHOTOS/David Seymour)

 

Quelques pièces mythiques portées par la star :

 

-La petite robe noire

-Le pantalon feu de cheminée

-Les ballerines

-Les Ray-Ban style Wayfarer

 

 

L’exposition

L’exposition qui se tient à la Fondation Bolle dévoile des croquis originaux des robes imaginées par Hubert de Givenchy. Les visiteurs peuvent y découvrir aussi un documentaire sur l’amitié partagée entre la star et le couturier. Le parfum que le créateur a imaginé pour Audrey, « L’interdit » y est présent, mais aussi, plusieurs pièces mythiques dont la fameuse petite robe rose portée par Audrey.

 

 

Pourquoi Morges ?

Le lien avec cette ville est important pour l’actrice puisqu’elle y a résidé durant 30 ans. En effet, c’est ici que Audrey s’est mariée en secondes noces avec Andrea Dotti, le 18 janvier 1969 (Audrey Hepburn a épousé en première noce Mel Ferrer avec qui elle a eu son premier enfant, Sean Hepburn Ferrer). Elle a, avec le psychiatre italien, son second fils Luca Dotti. Elle se sépare cependant de Andrea Dotti en 1982. La gracieuse actrice anglaise qui apprécie le calme de la Suisse s’est installée dans une propriété de 16’000m2 avec ses deux enfants ainsi qu’avec son compagnon jusqu’à la fin de sa vie, l’acteur néerlandais Robert Wolders.

 

 

 

 

 

 

Plus d’informations : Fondation Bolle, http://www.fondationbolle.ch

 

* Citation tirée de Regard sur Audrey Hepburn, Regard Magazine no 4, Paris, janvier 1993.

 

Share Button