Tout d’abord, le Journal de Lucie vous souhaite une magnifique année 2018 ! Ensuite, pour celles et ceux qui ont travaillé comme des fous sans même se soucier, à J-1 des jours off, des activités à faire durant les vacances…il est temps d’y remédier ! Livre, cinoche, séries & expos, voici quelques activités pour ceux qui ne vont pas dévaler les pistes!

Par Lucie

La série qu’on dévore

 

A priori, rien ne me prédestinait à me passionner pour cette série… Et pour cause, je ne suis pas une grande admiratrice du jeu d’actrice de Jessica Biel que je juge très moyen de manière générale. Celle que je trouve aussi expressive qu’un koala en phase de digestion tient la tête d’affiche de « the Sinner » et, cerise sur le gâteau, elle en est la productrice. Bref, un soir, histoire de ne pas rester sur des a priori, j’ai décidé qu’il était grand temps de partir du principe que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. Une initiative qui, je l’avoue, m’a donné raison. Peut-être que la star s’est réveillée habitée par ce rôle un matin, peut-être que l’industrie ne lui a jamais offert un rôle à la hauteur de son talent, peut-être…mais toujours est-il que j’ai été complètement bluffée par la star. L’actrice américaine est à la fois saisissante et incroyablement touchante dans le rôle de Cora Tannetti, mère de famille borderline. Quant à Bill Pullmann, il tient le rôle du policier en charge de l’enquête, Harry Ambrose. Son interprétation n’enlève rien non plus à l’atmosphère quelque peu glauque de cette série, grâce à son esprit totalement torturé, mais brillant. L’histoire? Une mère de famille (Cora Tannetti donc) semble vivre un amour simple, mais quelque peu étouffant avec Christopher Abbot, alias Mason. Un jour de sortie à la plage, alors que Cora coupe un fruit pour son bambin, l’actrice se lève et poignarde sauvagement un teenager qui écoute de la musique en face d’elle. Cora se rend sans résistance en avouant son crime : « je l’ai tué, mais je ne sais pas pourquoi, car je ne l’ai jamais vu ». Le décor est donc posé. Tous les épisodes qui vont suivre vont se pencher sur la personnalité troublante de la jeune femme à l’enfance quelque peu opaque : en effet, Cora a grandi au sein d’une famille tyrannique et obsédée par la religion. On se passionne très rapidement pour l’histoire de cette femme, a priori sans histoire. Épisode après épisode, le réalisateur Derek Simonds nous dévoile des bribes d’indices qui nous tiennent en haleine. On s’agrippe à son sofa jusqu’au dernier épisode, car une seule question nous brûle les lèvres : connaissait-elle ou non l’homme qu’elle a assassiné ? Une série à voir tant pour les acteurs que pour l’intrigue !

Plus d’informations : The Sinner, sur Netflix ou, disponible sur internet en streaming ou en vente.

Les alternatives : On se passionne pour la saison 2 de The Crown, enfin disponible sur Netflix et on termine l’intrigue de The Fall avec Gillian Anderson (X-Files) en flic investie et Jamie Dornan (Fifty Shades of Grey) en sérial killer : une jolie réussite !

 

 

***

Le livre qui nous émeut

 

C’est toujours la même chose. Lorsque je lis un livre que j’aime, j’essaie de ne pas avancer trop vite pour pouvoir l’avoir près de moi plus longtemps et, une fois terminé, j’ai du mal à passer de suite à une autre lecture. Ça a été le cas avec « Les Liens du Mariage » de J. Courtney Sullivan. L’écrivaine américaine de 36 ans s’oriente surtout vers des romans, des histoires de famille et d’amitié. Ce livre ne déroge pas à la règle avec des histoires de femmes et d’un homme de différents âges, à différentes époques. Les points communs à toutes les histoires : un diamant qui file de personne en personne, avec une symbolique différente, à chaque histoire. Mais aussi, l’évolution du couple et du mariage à travers le temps. On s’attache très rapidement à ces personnalités fortes comme Frances, brillante femme qui s’impose, dans les années 1950, dans l’univers masculin de la publicité. On découvre aussi la difficulté de tenter d’être à la hauteur, mais aussi la vision du divorce à une époque où la perception de cet acte était très mal perçue. Un livre poignant, fort et où chacun et chacune reconnaîtra soit un proche, soit retrouvera des points communs avec sa propre vie. L’auteur, Courtney Sullivan a su imposer un style propre à chaque personnage et aide le lecteur à réellement se plonger dans chaque histoire, à ressentir aussi le destin de chacun. Un livre que j’ai lu et que je relirai avec un immense plaisir.

Plus d’informations : J-Courtney Sullivan, Les Liens du Mariage, éditions Le livre de poche

 

***

 

Gus Van Sant à Lausanne

 

 

On court (parce qu’on n’a plus beaucoup de jours pour s’y rendre) au Musée de L’Elysée à Lausanne pour se plonger dans l’univers de l’intriguant cinéaste américain Gus Van Sant. Cette rétrospective dédiée à l’article met en scène les films ainsi que les œuvres plastiques de Gus Van Sant. L’expo dédiée au producteur de Elephant ou encore de Drugstore Cowboy s’articule en cinq sections: Photography, Cinepark, Constellations, Painting et Music. Les curieux auront ainsi la chance de pouvoir découvrir des éléments de l’artiste encore méconnus tels que les polaroïds qu’il a réalisés lors des différents castings de ses premiers films. On y découvre également des collages datant des années 1970 ainsi qu’une sélection d’aquarelles…des images encore méconnues du grand public qui permettent de s’immerger et de mieux saisir l’univers du grand cinéaste américain.

Plus d’informations :

http://www.elysee.ch/expositions-et-evenements/expositions/gus-van-sant/

 

***

 

Meurtre sur grand écran

 

Si vous voulez passer un bon moment en salle obscure, filez découvrir le nouveau film de Kenneth Branagh, réinterprétation de l’incontournable roman d’Agatha Christie, « Le Crime de L’Orient-Express ». Et on peut dire que pour attirer les foules, Kenneth Branagh a misé sur une brochette de stars: Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Pénélope Cruz, Josh Gad, Derek Jacobi ou l’incontournable Willem Dafoe. Kenneth Branagh, joue quant à lui aussi sa partition en prenant le rôle du détective Hercule Poirot. L’histoire? Si vous aimez les histoires à suspense, celle-ci est faite pour vous! Elle reprend donc celle relatée dans l’incontournable roman signé Agatha Christie. En gros, le fameux détective Hercule Poirot se retrouve, à faire un voyage dans l’Orient Express, durant celui-ci, un crime se déroule. Qui des passagers est l’affreux criminel? Vous aurez (si vous ne connaissez pas l’histoire) 1h49 pour le découvrir! Un film visuellement beau avec des décors et des costumes mettant directement dans l’ambiance ainsi qu’une atmosphère générale léchée qui apporte, à l’ensemble de l’œuvre un esprit mystérieux et captivant. On aime surtout voir ce film pour découvrir les acteurs qu’on adore évoluer ensemble et retrouver la grande Michelle Pfeiffer qui ne se fait que trop rare depuis un certain temps. Bref: vous n’allez pas découvrir le film de l’année, mais vous passerez un bon moment en famille, ce qui est déjà très sympa!

Plus d’informations : Le Crime de l’Orient Express, Kenneth Charles Branagh.

Share Button